Après la marque employeur, place au personal branding. Pardon mais, QUESACO?? 

En claire, la marque employeur c’est la communication qu’une entreprise développe pour attirer et conserver les talents. Plus l’image de l’entreprise est positive et transparente, plus elle a des chances d’attirer les profils dont elle a besoin. Les entreprises ont largement adopté la marque employeur, mais pourquoi ne pas inverser les rôles ? Si vous aussi, candidats, salariés, entrepreneurs etc. vous développiez votre personal branding ?

C’est le flou ? Cet article va te donner les clefs pour développer ton personal branding et gérer ta carrière ! 

Qu’est-ce que le personal branding ?

Le personal branding c’est ton identité professionnelle, ta réputation. Elle se crée, et se sculte avec le temps et les expériences. Ta personnalité prend donc les devants de la scène. A travers ton personal branding, tu décides de communiquer avec tes émotions, ton vécu, ta vision. C’est cette vision humaine et réelle qui va convaincre tes clients de travailler avec toi et pas avec quelqu’un d’autre qui ferait peut-être la même chose. Nous sommes tous différents, avec des personnalités différentes et ce qui dessine ta communication correspond à ta personne. 

Que tu sois à la recherche d’un nouvel emploi ou simplement en train de te constituer un réseau professionnel solide, il est essentiel de bien définir ton image de marque. C’est un peu un moyen de prendre ta carrière en main ! 

Pourquoi développer son personal branding ? 

Avec l’explosion du Web, la visibilité publique s’est fortement étendue et le souci de sa réputation touche de plus en plus de personnes.  Aujourd’hui, en clair, il faut être visible et même un magnifique CV ne suffit plus.  L’important c’est donc la réputation de la personne, son identité professionnelle et non plus seulement son bagage technique et académique. Par exemple, quand tu cherches à en savoir plus sur une personne, ton premier réflexe c’est de chercher son nom sur internet, pas vrai ? 

On t’a vu 😉

Qui est concerné ?

Le personal branding est un concept relativement nouveau, mais il peut être adopté et appliqué par presque tout le monde, dans n’importe quel secteur. Peu importe ton statut : employé, freelance, entrepreneur, demandeur d’emploi… dans ta vie professionnelle, il arrive toujours un moment durant lequel il faut savoir se mettre en avant. En effet, que ce soit pour obtenir un emploi, une promotion ou signer un nouveau contrat pour une entreprise, savoir se mettre en valeur est indispensable.

La stratégie à adopter pour développer son personal branding

1.      Se connaître.

Avant de pouvoir te « vendre » tu dois apprendre à te connaître et faire le point sur tes objectifs, tes compétences. Fais donc ce petit exercice d’énumération de : 

  • Tes talents et points forts
  • Tes pistes d’amélioration
  • Ton parcours 
  • Tes objectifs et aspirations
  • Comment te vois-tu dans 5 ans ? Dans 10 ans ?
  • Tes passions
  • Tes centres d’intérêts
  • Qui sont tes références ?
  • Ta valeur ajoutée : Qu’est-ce qui te rend singulier dans ton environnement professionnel ?
  • Tes domaines d’expertise

Tous les éléments que tu as choisis de mettre en lumière doivent fournir une vision, une ligne directrice qui est propre à toi. Connaitre sa différence, sa valeur ajoutée, son style, son univers, ses valeurs, ses passions, ses centres d’intérêts feront ta force. 

2. Se faire reconnaître. 

Maintenant que tu te connais bien, vient le moment de construire ta stratégie de communication. Ainsi, demande toi :  

  • Quel est mon projet professionel et quelle est ma cible ?
  • Auprès de qui souhaite-je faire ma réputation (potentiels clients, employeurs.. ) ?
  • A partir de là, tu es capable de revoir ta présentation sur les réseaux sociaux en gardant en tête ton positionnement pour tes prochaines publications. 

    Quels réseaux sociaux utiliser ? 

    Les réseaux sociaux sont le moyen idéal pour promouvoir ta marque. Il suffit seulement de t’assurer que ce que tu publies projette une image positive de ta marque, de ton identité professionnelle. 

    Tu as plusieurs plateformes qui te seront utiles dépendant de tes cibles et de tes objectifs : 

  • LinkedIn/Viadeo pour augmenter ta visibilité et développer ton réseau professionnel
  • Twitter, qui te permet de suivre l’actualité dans le monde sur tout type de sujet, tu peux donc commenter des publications, débattre et rester en contact avec des acteurs clefs
  • Facebook te permet de publier du contenu dans une atmosphère plus détendue
  • YouTube/Instagram/Flickr/Pinterest, qui sont utilisés pour publier et partager du contenu multimédia (vidéos, photos, dessins, etc.)
  • WordPress/Blogger, te permet d’écrire des articles, de tenir un blog sur tes opinions, tes points de vue. C’est un bon moyen de partager tes expériences, ton univers, ton style
  • En conclusion, les avantages du personal branding 

    1.      Te connaître. Cela te permettra de refixer tes objectifs de carrière et donc mieux la maîtriser. Ici, tu trouveras les softs skills les plus recherchées en entreprise.

    2.      Te faire reconnaître et promouvoir ton savoir-faire. À quoi bon être le.la meilleur.e dans ton secteur si personne ne sait à quel point tu es compétent.e ? En créant ton identité numérique, tu informes le monde de ton expertise et crédibilises donc tes compétences.

    3.      Faciliter le processus de recherche d’emploi. L’un des premiers réflexes des recruteurs est de chercher le nom du candidat potentiel sur internet et plus particulièrement sur LinkedIn. Les informations, ou alors le manque d’informations, qu’ils y trouvent sont tout aussi susceptibles d’écarter un CV, bien qu’il soit attrayant, que d’attirer l’attention sur un candidat plutôt ordinaire. Accorde donc à ta e-réputation l’importance qu’elle mérite. Grâce à cela, tu augmenteras tes chances d’obtenir des entretiens, parfois même sans avoir à postuler. Retrouve nos tips pour trouver un emploi sur les Réseaux Sociaux.

    4.      Obtenir des contrats. Les personnes qui recherchent un spécialiste dans ton secteur d’activité feront appel à toi si tu es reconnu.e par tes pairs et recommandé.e par d’autres professionnels. De ce fait, un commentaire positif, un article intéressant, une bonne critique, etc. sont des éléments susceptibles de convaincre les consommateurs que tu es la personne idéale pour le poste. 

    5.      Développer ton réseau professionnel. Que tu sois freelance, salarié.e, demandeur.euse d’emploi, ton réseau professionnel n’est pas à négliger. Ce réseau te permettra de maximiser tes chances de décrocher des opportunités plus intéressantes. 

    6.      Se démarquer de tes concurrents. Dans un monde du travail où la compétitivité s’étend considérablement, il est essentiel de se démarquer pour ne pas se perdre dans la masse. Se démarquer de ses concurrents pour faire une impression plus forte et donc mieux se vendre, tel est l’objectif du personal branding. 

    Alors convaincu.e ?

    Désormais tu as toutes les clefs en main pour développer ton réseau professionnel et maîtriser ta carrière !

    Voici d’autres articles qui te seront utile 👇👇

    Nos tips pour mettre en avant son profil pour décrocher un job 👉https://meetyourjob.com/mettre-en-avant-son-profil-pour-decrocher-un-job/

    Nos conseils pour trouver sa voie professionnelle 👉 https://meetyourjob.com/comment-trouver-sa-voie-professionnelle-nos-6-conseils/

    Entreprise ? voici nos tips pour améliorer votre marque employeur 👉 https://meetyourjob.com/comment-ameliorer-sa-marque-employeur/

    Tu es à la recherche d’un emploi à l’Île Maurice ? Dépose ta candidature spontanée juste ici

    Vous devez recruter de nouveaux collaborateurs et vous vous demandez si vous devez plutôt faire appel à un Chasseur de Tête ou à un Recruteur ?

    Vous recrutez de nouveaux talents pour intégrer votre team et vous vous questionnez sur la meilleure méthode à adopter : Chasse de tête VS Recrutement ?

    « Ce n’est pas la même chose ? » demandez-vous 🤔

    Et non, entre un Recruteur et un Chasseur de tête il y a un monde de différence. Un métier pour un besoin spécifique !

    Le choix se fera bien évidemment en fonction des talents que vous recherchez pour votre team.

    Pour bien faire ce choix, il faut avant tout bien connaître les différences entre ces deux métiers.

    D’ailleurs, si vous avez prévu de recruter cette année, 👉 on peut vous prêter main forte !

     

    LES DIFFÉRENTS BESOINS POUR L’ENTREPRISE

     Le chasseur de tête et le recruteur se distinguent principalement par les profils recherchés.

    L’une des plus grande différence entre un chasseur de tête et un recruteur est qu’ils ne recherchent pas les mêmes types de profils.

     

    CHASSEUR DE TÊTE : RECRUTEMENT CIBLÉ

     

    Nos chasseurs de têtes sont de véritables Sherlock Holmes du recrutement🔎.

    Leur mission : Dénicher les meilleurs profils du marché en déployant tous les moyens possibles et inimaginables ! Et oui, car la meilleure façon de trouver des profils rares reste tout de même d’aller les chasser.

    Les candidats potentiels étant rares, nous sommes à la recherche perpétuelle de talents.

    Entendons-nous bien, un Recruteur est également à l’affût de profils hautement qualifiés MAIS le Chasseur de Tête est, quant à lui, spécialisé dans la recherche de profils pénuriques et/ou de haut niveau (Top/Middle management). La voilà la véritable différence !

    « Mais comment fait-il pour dénicher la perle rare du pacifique ? » et bien c’est grâce à des outils performants (Growth Hacking, Algorithmes, Messages d’accroches hyper personnalisés…), d’un réseau personnel et professionnel extrêmement large ainsi qu’une approche directe parfaitement ciblée, aussi bien au niveau des soft skills que des hard skills.

    Le Chasseur de tête est équipé d’outils et d’un réseau qui vont lui permettre de vous trouver la perle rare. Ainsi, il se concentre sur l’approche directe de profil correspondant parfaitement à votre recherche, aussi bien au niveau des soft skills que des hard skills.

     

    Vous êtes à la recherche d’une pépite Top et Middle Management ? 🌟 On vous écoute

    RECRUTEUR : AUGMENTEZ LE VOLUME !!!!

    Le recrutement quant à lui est plus versatile et volumique. Vous gardez le contrôle de votre recherche tout en vous libérant de vos tâches inutiles. Nos recruteurs affichent vos offres d’emploi sur nos jobboards, les boostent sur les réseaux sociaux afin de « targetter » un maximum de candidats et mettre en avant votre marque employeur, les trient, les interviewent et les sélectionnent afin de vous envoyer les meilleurs talents.

    En d’autres termes : les candidats viennent à nous en postulant directement à nos offres, nous n’allons pas les chercher contrairement à une chasse. En effet, ce sont généralement des profils variés (en matière de compétences et de niveau d’expertise), à l’écoute des opportunités et que l’on retrouve plus facilement sur le marché de l’emploi.

    De plus, dans un service de recrutement nous recherchons souvent des profils variés en matière de compétences et de niveau d’expertise, et des profils que l’on retrouve plus facilement sur le marché de l’emploi.

    UNE MÉTHODOLOGIE BIEN DIFFÉRENTE

    À l’inverse d’un recrutement où c’est le candidat qui contacte le recruteur suite à l’annonce d’une offre, nos Chasseur de Tête vont vers le candidat et l’encouragent à postuler pour l’offre. C’est une démarche plus directe où le Chasseur de Tête ira dans la majorité des cas « débaucher » des pépites déjà en poste.

    Le Chasseur de Tête chez MeetYourJob se charge par la suite d’analyser les profils, de contacter les candidats, de faire un entretien de pré-qualification, puis une discussion plus approfondie à travers notre méthode STAR et termine par un compte-rendu détaillé retraçant l’histoire du profil short listé qu’il enverra à l’entreprise qui recrute.

    Le recruteur, pour sa part, sera le plus souvent appelé pour des recrutements plus volumiques ou réguliers, sur des profils qu’il est possible de trouver par des moyens conventionnels tels que les jobboards, les réseaux sociaux et diffusion d’offre. Il se charge de disperser les offres de l’entreprise à travers son réseau et analyse ensuite les candidatures reçues pour en sélectionner quelques-unes pour le client.

     

    Voici un tableau récapitulatif pour schématiser la démarche de ces deux métiers chez MeetYourJob :

     

       

    CHASSEUR

     

    RECRUTEUR

    RECOLTE DU BESOIN DU CLIENTS
    APPROCHE DIRECTE – CHASSE DE PROFILS RARES ✖︎ 
    PUBLICATION DES OFFRES D’EMPLOIS SUR LES RÉSEAUX
    BOOSTING SUR LES RÉSEAUX
    ENTRETIEN DE PREQUALIFICATION
    ENTRETIEN APPROFONDI PSYCHO-SOCIOLOGIQUE ✖︎ 
    SELECTION DES MEILLEURS CANDIDATS
    PROFILS RARES ET DE HAUT NIVEAU ✖︎ 
    RECRUTEMENT TOP & MIDDLE MANAGEMENT ✖︎ 
    RECRUTEMENT SPECIFIQUE ET PONCTUEL ✖︎ 
    MISE EN AVANT DE LA MARQUE EMPLOYEUR
    RECRUTEMENT EN VOLUME ET RECURRENT ✖︎ 
    RECRUTEMENT URGENT
    COMPTE RENDU DÉTAILLÉ ✖︎ 

     

    Envie de découvrir nos méthodes qui cartonnent ? 👉 C’est par ici !! 

     

    Envie de faire appel à nos Chasseurs de Têtes ? 👉 Margaux et Julie sont prêtes à échanger !

     

    Besoins de recruter ? 👉 Dites nous tout sur les pépites que vous recherchez ! 

     

    Article rédigé par Béatrice – Community Builder and Customer Care Officer chez MeetYourJob & CareerHub.mu 

    Qui n’a jamais rêvé de pouvoir bosser chez soi lorsque son travail peut lui permettre ?

    Imaginez un instant le fait de pouvoir accomplir toutes votre To Do, en quelques heures, plus rapidement et avec plus d’efficacité.

    À la fin de votre journée, vous êtes satisfait de votre efficacité et du travail achevé et vous ne vous en voulez pas pour « les choses que vous n’avez pas réussi à faire ». Bref, c’est ce qu’on appelle être productif.

    Mais alors, quelles sont les règles d’or pour optimiser son temps lorsque l’on travaille à la maison ?

     

    Nous allons aborder 4 astuces qui vous aideront à accroître votre productivité tous les jours, mais avant, nous allons vous faire un petit rappel de deux règles maîtresses de la productivité :

    • La loi de Pareto qui stipule que « 80 % des résultats proviennent de 20 % des efforts ».
    • La loi de Parkinson qui profère « Une tâche nous prendra que la durée qu’on a décidé de lui attribuer ».

     

    1. COMMENCEZ PAR DÉFINIR VOS OBJECTIFS 🤓

     

    Prenez le temps, chaque dimanche soir de créer une liste de « goals » pour la semaine. Cette liste peut être en lien avec certaines choses que vous souhaitez atteindre dans votre vie professionnelle ou elle peut aussi être un objectif qui se rapporte plus à votre développement personnel.

     

    Faites une liste de minimum 3 points à réaliser dès lundi matin et n’oubliez pas de vous auto-évaluer à chaque fin de semaine. S’auto-évaluer vous autorisera à vous remettre en question et observer si les moyens utilisés pour arriver à l’objectif fixé fonctionnent.

     

    Petit conseil, ne soyez pas trop laxiste ou trop dur envers vous-même si votre objectif fixé n’a pas été réalisé. Restez focus et persévérez jusqu’à ce que votre but soit atteint même si cela prend plus de temps. N’hésitez pas à partager vos objectifs et pourquoi pas demander de l’aide à votre entourage perso et pro.

    • Pour écrire vos objectifs, vous pouvez adopter la méthode classique, c’est-à-dire papier/carnet/agenda (et stylo bien-sûr). Laissez place à votre créativité et rajoutez des couleurs sur votre fiche que vous allez garder avec vous pour la journée.

     

     

    • Des applis tels que Todoist/Evernote/Onenote peuvent aussi vous plaire si vous préférez votre smartphone ou votre tablette. (Ou si vous n’avez plus de stylo).

     

    2. TROUVEZ LE TEMPS DE PRENDRE SOIN DE VOUS 🌞

     

    Avec le quotidien professionnel, nous oublions parfois de prendre soin de nous ; horaires de repas décalés,  journée à courir partout, essayant de tout faire avant de vous réveiller et de tout recommencer.

     

    Prendre soin de soi, c’est rajouter un peu de « moi » dans sa journée professionnelle. Essayez de favoriser la relation que vous avez avec vous-même. Donnez à votre être tout ce dont vous avez besoin pour être plus productif.

     

    Voici quelques petites suggestions à mettre en pratique tous les jours afin d’augmenter votre productivité journalière :

    • Démarrez votre journée tôt. La productivité c’est comme la confiance, ça se gagne ! Les lèves- tôt ont tendance à être plus productifs pour diverses raisons : avoir plus de temps pour se concentrer sur des tâches importantes et prendre de meilleures décisions en pensant plus clairement. Le cerveau est plus alerte le matin. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt n’est-ce pas ?

     

    • Faîtes des étirements le matin au réveil pour réveiller votre corps en douceur et stimuler votre circulation sanguine. Cela vous aidera aussi à réduire le stress et à booster votre énergie pour la journée.

     

    • Prenez le temps de manger un petit déjeuné sain pour vous donner les nutriments nécessaires pour attaquer de pied ferme votre journée de travail.

     

    • Lisez des livres sur le développement personnel qui vous encourageront à recadrer vos objectifs et avoir un état d’esprit plus positif.

     

    • Méditez : La méditation est une méthode simple et efficace qui peut vous aider à dynamiser votre efficience. Si vous êtes complètement détendu, votre esprit fonctionnera avec plus d’efficacité. Cela vous permettra de booster votre mémoire, améliorer votre créativité et de bien gérer votre stress.

     

    • Travaillez votre positivité : Un état d’esprit positif peut avoir un impact profond sur la qualité de votre vie. Ne vous laissez pas engloutir par la négativité des situations actuelles. Si vous avez besoin d’être plus productif, assurez-vous d’apporter une attitude positive.

     

    👉 Pour réussir à mieux prendre soin de vous : Essayez nos bons plans ! 

     

    • Utiliser des applis tels que FITON pour vous aider à faire votre sport tous les jours et à suivre votre progression.

     

    • Si vous voulez essayer la méditation, nous vous conseillons l’application Petit BamBou où vous aurez le choix entre la méditation libre et la méditation guidée.

     

    • Si vous aimez la lecture, nous vous recommandons « The Power of Your Subconscious Mind » du Dr.Joseph Murphy qui vous aidera dans votre méditation et à développer un état d’esprit positif. Le livre est disponible en pré-commande chez tous les libraires.

     

    • N’hésitez pas à surfer sur YouTube ou Marmiton pour trouver des recettes délicieuses pour vos repas. En travaillant à la maison, moins de risque de manger à l’extérieur. C’est donc une belle occasion pour revoir vos habitudes alimentaires et vous faire plaisir en cuisine.

     

    Alors vous vous sentez déjà mieux rien que d’y pensez ?

     

    3. CRÉEZ VOTRE ESPACE DE TRAVAIL COSY 👩‍💻👨‍💻

     

    Choisissez une pièce de votre maison qui soit bien ventilée, spacieuse et lumineuse où vous pouvez être le plus concentré. Évitez de travailler dans le lit ou dans le canapé. (On sait que c’est tentant mais faites l’effort, vous culpabiliserez moins en fin d’aprèm).

     

    Voici quelques conseils pour optimiser votre ambiance de travail à la maison :

     

    • Orientez votre bureau afin qu’il bénéficie d’une belle luminosité. Pas de lumière directe et évitez les pièces sombres.

     

    • Choisissez des meubles fonctionnels et pratiques qui sont adaptés à votre travail. (Le canapé ne compte toujours pas, sauf pendant votre pause).

     

    • Mettez une petite musique de fond qui vous aidera à vous concentrer ou à l’inverse optez pour des boules-quies si votre environnement est bruyant.

     

    • Poursuivez les rituels du bureau par exemple la réunion du matin qui peut se faire en appel vidéo, dites bonjour à vos collaborateurs par vos applications de messageries.

     

    Des applications comme WhatsApp sont souvent utilisées pour communiquer mais vous pouvez aussi télécharger des outils comme Slack, un outil de messagerie instantané qui vous permet de créer des conversations par rapport à chaque projet que vous gérez ou de discuter en direct avec vos collègues.

     

    Surtout, à la fin de la journée, n’oubliez pas de ranger votre espace de travail comme vous le feriez au bureau. Consultez Pinterest afin de trouver des idées de déco sympas pour votre espace de travail. Avoir un beau bureau avec une belle lumière vous motivera à travailler.

      

    4. LA MÉTHODE POMODORO ⏲

    Le concept de cette méthode est simple : Accomplir une tâche rapidement, efficacement et de manière qualitative. Le but c’est que vous restiez concentrer sur une seule tâche à 100 % pendant 25 minutes. Voici comment vous allez y arriver :

    • Mettez un minuteur de 25 minutes et travaillez non-stop.
    • Au bout de ces 25 minutes, accordez-vous 5 minutes de pause.
    • Repartez sur 25 minutes de travail.
    • Faites plusieurs cycles et prenez des pauses de 5 minutes à la fin de chaque cycle.

     

    C’est une méthode simple mais efficace qui peut vous aider sur les missions où vous avez tendance à procrastiner, surtout en étant en télétravail. En adoptant cette méthode, vous serez plus productif et compétent sur certaines missions qui demandent beaucoup de concentration. Pour ajouter un côté fun, pourquoi ne pas vous motiver avec un carré de chocolat ou un Carambar à la fin de chaque cycle. (Oui on est gourmand).

     

    N’oubliez pas la règle des deux minutes : Si une action vous prend moins de 2 minutes à faire, traitez la dans l’immédiat.

     

    Si vous utilisez Google Chrome, vous pouvez télécharger l’extension Mariana qui est un minuteur spécial Pomodoro ou mettre un chrono sur votre téléphone.

     

    Vous connaissez maintenant les bons plans pour pouvoir travailler de manière détendue et efficace chez vous ! Si vous arrivez à vous organiser ainsi pendant quelques heures par jour, vous pourrez rapidement accomplir beaucoup plus que lorsque vous étiez au bureau. La culture du télétravail, ça s’apprend et ça s’entraîne. N’oubliez pas de consulter notre « Cheat Sheet » mit en place pour réaliser un télétravail efficace !

     

    Alors, souriez et dites « productivité ». Let’s goooo ! 🔥

     

    Article rédigée par Béatrice – Community Builder and Customer Care Officer chez MeetYourJob & CareerHub.mu 

    Chez MYJ, on a toujours cru au pouvoir du Inbound Recruitment et à la puissance du web et des réseaux sociaux pour mener des campagnes de recrutement efficaces, mais avec les UTM, on en a maintenant la certitude !

    On a toujours su que nos actions online (mailings, réseaux sociaux, blog…) nous permettaient d’apporter du trafic notre site web et donner de la visibilités aux fiches de postes de nos clients, mais on n’a jamais vraiment su le nombre exact, ou encore pu déterminer quelle action en particulier était plus efficace qu’une autre.

    Depuis la fin du confinement, tous les jeudis, c’est formation Koudetat au bureau (ouai on kiffe !).

    Jeudi formation

    Photo equipe

    Le mois dernier, on a appris quelque chose qui a littéralement changé notre manière d’appréhender et analyser nos actions marketing online : les UTM.

    Derrière cet acronyme barbare se cache en réalité une méthode ultra-simple et efficace pour analyser votre ROI sur n’importe quelle action d’acquisition de trafic !

    Un exemple concret vous parlera davantage :

    La semaine dernière, on a lancé une campagne promotionnelle sur notre service de headhunting, la promo « Pay What You Want ». Et si vous avez manqué la super vidéo de Margaux, je vous la remets, parce qu’elle est vraiment trop cool 😉

    https://www.youtube.com/watch?v=ZVJY6TT4Nr8

    Bref, pour cette promo, on a décidé de mener plusieurs actions de com :

    • Mailing à notre portfolio de clients
    • Promotions individuelles sur nos comptes LinkedIn perso  (parce qu’on éclate notre portée à chaque nouveau post, et d’ailleurs on vous concocte une formation à ce sujet qui sortira bientôt !)
    • Approches directes par mail ou LinkedIn PM à nos prospects

    Chacune de ses actions ramenaient l’utilisateur à un typeform nous permettant de récolter la donnée du client et son besoin : lien typeform.

    Sauf qu’à la différence de nos campagnes précédentes, cette fois-ci, on a vraiment voulu savoir quelle action était la plus efficace pour emmener du trafic (des utilisateurs) vers ce typeform.

    C’est là que les paramètres UTM entrent en jeu ! Et voici les étapes à suivre :

     

    Comment ajouter un site sur google Analytics

    Analytic MYJ

    1- Assurez-vous que la page web que vous souhaitez promouvoir est bien trackée dans votre google analytics. Si elle ne l’est pas, il vous suffit d’ajouter une propriété dans l’espace admin.

    2- Allez sur UTM Maker pour obtenir un UTM link à partir de l’URL que vous souhaitez promouvoir. 

    Je vous conseille de faire un UTM différent pour chaque personne et action menée. Par exemple, un UTM pour votre post linkedIn, un autre pour celui de votre collègue, et encore un autre pour votre mailing.

     

    3- Recensez vos UTM dans un tableau de suivi pour pas vous perdre. Nous on utilise Monday mais vous pouvez utiliser excel.

    Veillez à utiliser une nomenclature qui vous correspond et que toutes les personnes de votre équipe menant des actions de com online s’engageront à suivre.
    Nous par exemple, on crée des clusters de campagnes, et on nomme chaque action selon la nomenclature suivante :

    CAMPAIGN NAME_Medium_Source_Keyword

    Le medium correspond à notre canal d’acquisition pour l’action menée : mailing, organic social media, paid social media, blog, banner and display…
    La source, elle correspond au nom de l’outil utilisé : Facebook, LinkedIn, Agile CRM, Google…
    Le keyword, est plus personnel à la personne qui lance l’action et il permettra de reconnaitre la campagne sur google analytics.

    Finalement, notre tableau de suivi donne ça :

    UTM tracking table

    Monday MeetYourJob

    Cette étape de recensement et appellation est essentielle, car c’est comme cela que vous vous retrouverez dans google analytics.

     

    4- Enfin, allez sur « toutes les campagnes » dans google analytics, tapez le nom de votre campagne, et retrouvez toutes vos actions avec leurs résultats.

    Si on garde notre exemple, comme vous le voyez, on retrouve les mêmes titres que dans notre tableau de recensement, et à côté combien d’utilisateurs chaque action a apporté !

    analyse campagnes PWYW

    Analytics MeetYourJob

     

    Chez nous, un bravo à Margaux qui mène un super travail de prospection ! 👏

    Le freelancing a le vent en poupe depuis plusieurs années et remet en cause la nature même du travail. Mais que savez-vous vraiment de ses origines ? De son histoire ? Restez avec nous pour une petite remontée dans le temps.

    1 – Les origines

    Le terme freelancer nous vient du Moyen-Âge. Les Freelancers étaient les soldats offrants leurs services au roi en échange de paiement. Ces soldats étaient majoritairement issus d’armées ayant été vaincues dans des batailles préalables, ils étaient à présent libres de pouvoir offrir leurs services à n’importe quel camp. Ces soldats étaient plus connus sous le nom de condottiere. Ce terme désigne le meneur d’une bande de mercenaires. Ces soldats étaient principalement présents dans l’Italie du 13ème siècle.

    Un de ces soldat freelancer les plus célèbres s’appelait Wallenstein. C’était un mercenaire ayant activement pris part aux 30 ans de guerre qui ont dévastés l’Europe Médiévale. C’est durant ce conflit que Wallenstein offre ses services à l’empereur Ferdinand II d’Autriche. Fier meneur d’une armée de plus de 120 000 âmes, il se range pécuniairement aux côtés des Catholiques bien même qu’il soit Protestant de naissance. Ceci portera un coup fatal à cette branche du Christianisme.

    Bénéficiant de l’appui des Habsbourgs, il continuera en tant que suprême commandant de leur armée. En 1600, il se convertit même au catholicisme.

    Wallenstein, c’est un peu la success story du freelancer médiéval, surtout pour sa victoire contre les Protestants lors de la bataille de Dessau en 1626 (bon à la fin de l’histoire il se fait tuer par ses propres soldats par odre de Ferdinand II, mais du coup ça gâche un peu la success story donc ne dites rien).

    2 – Le terme

    Le terme Freelancer possède une double origine Germano-Francophone. En effet, la première partie du mot « free » signifie aimer en Allemand et la seconde partie, « lance » signifie jeter quelque chose avec plus ou moins de force en Français. La combinaison de ces deux termes attrait au besoin de liberté.

    Le terme apparaît pour la première fois dans l’ouvrage de Thomas N. Brown :” The life and Times of Hugh Miller”. D’après les différents sites parcourus, c’est la plus ancienne référence du terme.

    Au fil de l’histoire, le terme freelance a été utilisé pour désigner un politicien sans affiliation idéologique. C’était de façon basique, des politiciens ne voulant prendre part à aucun parti, avec leurs propres convictions et ils mettaient un point d’honneur à ne jamais faire de compromis avec ces dernières. Lorsqu’on y pense, c’est très proche de notre vision moderne du freelancing.

    3 – Le top départ du freelancing moderne durant les années 90.

    Le freelancing tel qu’on le connaît aujourd’hui prend ses racines aux États-Unis grâce à Jack Nilles & Franck Schiff. Au début, Nilles appelle ça « telecommunication ». En effet, durant les 70’s, les transports en communs n’étaient pas tout à fait au point dans les villes. Par conséquent, il était très difficile pour les habitants des alentours de se rendre en métropole pour travailler. Le monde a été révolutionné par l’invention du téléphone en 1876, ils étaient déjà à disposition dans les bureaux aux US. Ceci a donné l’idée à Nilles que les téléphones pouvaient être la réponse à ce problème de transports. C’est ainsi qu’il introduit le concept de travailler à la maison avec le téléphone.

    Bien évidemment, cette idée s’est heurté à de nombreux détracteurs, il fallait donc prouvé que ça pouvait marcher. En conséquence, Nilles décide de mener une expérience avec l’Université de Californie, and guess what ? Les résulats étaient plus que positifs. Par la suite, il obtient des financements publics et le gouvernement lui apporte son soutien. L’idée de Nilles, en plus de résoudre le problème de transport, permettait également de réduire globalement la pollution en forte augmentation aux Etats-Unis à ce moment-là.

    Cependant, ce qui propulse vraiment le freelancing aux Etats-Unis est l’article de Franck Schiff, à ce moment-là responsable du comité pour le développement économique « working from home can save gasoline ». Dans cet essai, il démontre tous les avantages du travail à distance.

    Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Gil Gordon, un expert du recrutement vient également y rajouter son grain de sel. Il contribue à la montée en notoriété du travail à distance à travers l’implémentation pratique du freelancing dans plusieurs agences gouvernementales.

    Par la suite, c’est l’arrivée révolutionnaire d’internet et son utilisation de plus en plus accrue qui fait du freelancing ce que nous connaissons aujourd’hui.
    Voilà, maintenant vous pouvez vous targuer de connaître l’histoire du freelancing !

    mettre-en-avant-son-profil-youve-got-this

    J’ai assisté à un live très instructif animé par Rayed Benbrahim de Pratical Programming en compagnie de Théo Gacouin, recruteuril y a deux semaines avec pour thématique la mise en avant de son profil

    Je me suis dit que mes notes et ma propre expérience en tant que Talent Researcher pourraient’intéresser afin de décrocher ton prochain emploi…

    1- La veille, essentielle pour mettre en avant son profil

    Être au courant du marché de l’emploi n’est pas réservé uniquement aux personnes qui sont en recherche active. Une veille régulière te permettra d’abattre un travail sur le long terme pour mettre en avant son profil. Elle te servira le jour où tu seras pleinement à l’écoute du marché. Cette veille te permet également de construire/d’étendre ton réseau. Des tonnes de possibilités s’offrent à toi pour effectuer cette veille : meetup, communauté Slack, échange avec d’anciens collègues, webinaires, newsletter...

    2- Connaître le marché

    Avant de mettre en avant son profil avec succès, il faut être préparé. Bien connaître l’entreprise dans laquelle on postule est un élément clef : beaucoup d’employeur t’attendront sur ce point.

    N’hésites pas à te renseigner auprès des professionnels tels que des chasseurs de tête pour être au plus près de la réalité du marché.

    3- Pousser le recruteur à s’identifier à ton profil

    L’idée n’est pas de faire de la pêche au chalut pour reprendre l’expression de Rayed. Candidater à tout et n’importe quoi, ne te rendra pas attractif. Il faut savoir cibler les entreprises et les opportunités mais également trouver les bons mots. C’est ainsi que l’employeur commencera à se projeter dans une collaboration avec toi dès la lecture de ton CV.

    4- Personnaliser chaque candidature

    Envoyer un CV avec un intitulé bien loin de l’offre à laquelle on postule est une erreur. Certes cela prend plus de temps mais l’employeur remarquera l’effort de la personnalisation et cela pourra t’aider à te démarquer. Analyses bien l’offre et cibles les mots clefs pour les insérer dans ton CV. Si certains employeurs sont encore friands d’une lettre de motivation, ce document est de plus en plus mis de côté. Tu peux miser sur un petit résumé dans ton CV ou dans ton mail, de quelques lignes où tu peux parler de tes valeurs, de tes aspirations ou de ton parcours. Là encore utilises des mots forts qui sont dans l’annonce.

    5- Effectuez un suivi minutieux de vos candidatures

    Lorsque l’on est en pleine recherche d’emploi, un employeur peut nous contacter à n’importe quel moment et il faut se tenir prêt. L’idéal est de faire un suivi avec Trello, Monday ou la bonne vieille méthode du papier-stylo (Rayed partageait d’ailleurs un template à l’issue du live).

    6- L’entretien pour mettre en avant son profil

    Si tu es arrivé jusqu’ici, tu as déjà pas mal d’informations sur l’entreprise. Tu peux maintenant aller plus loin. Très souvent à la fin de l’entretien on te demandera si tu as des questions : prépareles à l’avance. Si les réponses ont déjà été donné durant l’entretien, fais remarquer que l’entretien a répondu à toutes tes questions. Prends des notes afin de montrer ton intérêt et surtout n’oublies pas d’imager tes propos avec des exemples concrets (Lorsque l’on te demande si tu arrives à gérer les deadlines, ne réponds pas seulement oui mais racontes la dernière fois que tu as dû le faire).

    7- Être ouvert aux alternatives du CDI

    Un dernier point et cela va être en lien avec la situation économique mondiale actuelle, si pour encore beaucoup une activité salariale en CDI est privilégiéepourquoi ne pas s’intéresser à une activité Freelance ? En pleine expansion à Maurice, MeetYourJob avec le soutien de CareerHub ont justement lancé leur plateforme avec également pour objectif de créer une communauté de freelancer.

    Si tu es intéressé c’est par ici 👉  clique ici

    Et vous quelles sont vos astuces de réussite pour décrocher un job ?

    signe embauche freelancer

    Il y a une multitude de raisons pour lesquelles opter pour un freelancer à la place d’un employé.  Elles peuvent être stratégiques, managériales ou économiques.

    La crise du COVID19 a rendu le climat particulièrement favorable à l’embauche temporaire de travailleurs indépendants, soulignant ainsi la difficulté qu’ont les entreprises à gérer une facture salariale élevée. De la même manière que la crise financière de 2008 a favorisé l’émergence de la « gig economy », il n’y a pas de doutes que la crise du Covid19 va résulter en l’émergence des postes à temps partiel et du Freelancing à l’Île Maurice.

    Nous avons sélectionné les 5 raisons pour lesquelles vous devriez embaucher un freelancer :

    1- La Flexibilité et la réactivité, les maîtres-mots du freelancer.

    L’inhérente flexibilité d’un freelancer le classe à l’avant-plan des solutions d’embauche.

    C’est un moyen rentable de remplacer des employés qui sont en congés paternité, maternité ou en vacances tout simplement. Les Freelancers peuvent également vous aider à faire face aux périodes de forte activité (un.e nouveau.elle vendeur.se dans votre point de vente lors des fêtes de fin d’année par exemple) ou remplir un poste à temps partiel.

    Plus encore, une fois que votre besoin de ressources aura diminué, vous n’aurez pas à aller à travers toutes les formalités financières et administratives résultant d’une décision de se séparer de certains membres de votre équipe. Un freelancer est embauché pour une période définie ou pour un projet, sa mission prend fin lorsque le livrable sur lequel l’arrangement était porté est délivré.

    2 – Avoir un personnel ultra productif

    A condition que le freelancer travaille pour une période de temps et une mission précise, il sera totalement dédié au projet. En effet, un des principaux objectif d’un freelancer est de construire une base client fidèle pour s’assurer de futures missions. C’est pourquoi, professionnalisme, efficacité, réactivité et flexibilité sont ses maîtres-mots.

    productivité-livre-freelance

    3 – Réduire le coût salarial global en optant pour un freelancer

    Le coût d’un freelancer peut sembler élevé au premier coup d’œil. Cependant, lorsque vous le comparez au coût d’un salarié, vous vous rendrez compte du contraire. En effet, un freelancer n’est présent que pour un projet bien spécifique et par conséquent pour une durée limitée. Tandis qu’engager un employé mène obligatoirement à un engagement sur le plus long terme. Si l’on compare les coûts que cela représente pour une société basée à l’Île Maurice, les services d’un freelancer sont beaucoup moins onéreux. En effet, un freelancer est là pour une période de temps plus courte et l’entreprise n’a pas à payer les frais et taxes provenant de l’embauche d’un salarié (NPF, NPS, Levy, Assurance, congés, bureaux, équipements, etc.)

    4- Une expertise technique précieuse et une vision externe

    En recrutant un freelancer, les entreprises s’offrent les bénéfices d’une expertise et de compétences avancées dans un domaine spécifique.Les Freelancers d’aujourd’hui sont présents dans tous les domaines, a tout niveau d’expérience. A l’heure actuelle, les entreprises peuvent engager un spécialiste informatique, des créatifs et même des cadres supérieurs pour un contrat freelance à court ou moyen terme.

    livre avec des schémas pour démontrer l'expertise des freelancer

    5 – Capacité de « tester » de futurs talents

    Vous avez un besoin urgent mais vous n’êtes pas tout à fait convaincu par le candidat ? Un profil vous attire mais vous n’avez pas de besoin particulier et vous voulez connaître le retour sur investissement avant de procéder à une embauche définitive ? Offrir un contrat de freelance pour débuter est un excellent moyen de vous assurer de ses compétences et de sa capacité d’adaptation à votre environnement avant de lui offrir un contrat sur le long-terme.

     

    Pour autant, embaucher des freelancers n’est pas le remède à tout. Il y a des fois où avoir un employé est la meilleure solution. Les travailleurs indépendants peuvent mettre plus de temps à s’adapter à vos procédures et ils ne possèdent peut être pas le même niveau de loyauté qu’un salarié.

    Ainsi, pour chaque position nécessitant d’être remplie au sein de votre entreprise, nous vous conseillons de vous poser les questions suivantes pour définir la collaboration appropriée :

    Si NON,  considérez plutôt un.e Si OUI, considérez plutôt un.e
    1.     Est-ce que vos ressources internes peuvent compléter le projet en temps voulu sans sacrifier d’autres missions ? FREELANCER EMPLOYÉ
    2.     Est-ce un besoin à long-terme ? FREELANCER EMPLOYÉ
    3.     Est-ce que le job demande des compétences spécifiques ? FREELANCER EMPLOYÉ
    4.     Est-ce que le travailleur doit performer cette tâche spécifique à plein temps et de façon exclusive ? FREELANCER EMPLOYÉ
    5.     Est-ce que le travailleur peut décider quand et où la mission peut être accomplie ? EMPLOYÉ FREELANCER

    Nos équipes chez CareerHub et MeetYourJob se tiennent à votre entière disposition pour vous aider dans votre choix.

    Trouver et travailler avec un freelancer c’est un peu le même process que recruter ton expert comptable : tu galères à trouver ta pépite et encore pire, tu ne sais pas lequel choisir, tu comprends pas tout ce qu’il dit mais tu dois quand même le séduire et le faire adhérer à ta structure et ta vision, et surtout après l’avoir recruter (youhou) le processus ne s’arrête pas là : il y a toute une phase d’onboarding pour fidéliser ta nouvelle recrue. 

    Et bien pour un freelancer qui va travailler avec toi c’est le même enjeu ! Bien sûr, on ne parle pas d’onboarding, ni de relation à bâtir sur le long terme (quoique si besoin récurrent ?) mais bien des clés pour travailler avec lui avec succès et que la collaboration soit agréable ! 

    Tu vas donc te poser ces questions : notre management est-il le même entre un collaborateur full time et un freelance ? Comment faire pour collaborer avec succès avec un expert extérieur et ponctuel à mon entreprise ? Que dois-je dire et ne pas dire ? En bref, comment ca marche et bien ? 

    Bonne nouvelle : ce sont les questions à 1 millions de dollars, mais nous avons la solution à t’apporter et encore mieux on va te détailler tout ça en 8 étapes clés : 

    1 – Prendre le temps : faire découvrir ton univers et engager ton freelancer

    Une fois que tu as eu un coup de coeur sur le profil d’un freelancer, sa personnalité et son expertise il est important de prendre le temps de toi aussi lui expliquer qui tu es ! N’oublie pas que c’est à travers toi qu’il va pouvoir comprendre ton univers, ton entreprise, ton fonctionnement, et surtout ta vision. C’est capital de lui raconter ton histoire d’entreprise pour qu’il puisse s’aligner dans sa future mission à tes aspirations et être en phase, comme si c’était un collaborateur de plus de 2 ans qui a réalisé le projet. Crois nous, ce ne sera pas du temps perdu ! 😉 

    2 – Avoir un brief clair, percutant, et cohérent 

    Après lui avoir raconté ton histoire : rentre dans le vif du sujet et pourquoi tu as besoin de lui ! Un brief clair et détaillé est primordial pour que le freelancer puisse t’accompagner et répondre à ton besoin. Plus il y a d’informations : mieux c’est ! Comme on dit, il vaut mieux trop que pas assez. Ce brief a plusieurs importances : permet de bien remettre à plat ton souhait, savoir quelles sont tes points bloquants, les documents / outils que tu as déjà et ce dont tu as besoin, émettre tes idées et tes souhaits, définir le scop de la mission du freelancer. 

    N’hésite pas à fournir aussi des documents clés de compréhension pour le freelancer en fonction de ton besoin. Si par exemple tu recherches un développeur web n’hésite pas à lui transmettre tes maquettes et ton cahier des charges pour qu’il puisse le challenger et bien cerner ton souhait. 

    Et oui… on ne construit pas son potager sans planter des graines, et bien une collaboration freelance c’est la même chose ! 

    3 – L’écouter : c’est lui l’expert ! 

    Oui oui… l’écoute et le partage c’est important ! Il va clairement te poser beaucoup de question pour être sur la même longueur d’onde que toi et challenger tes idées pour voir plus loin et t’apporter de nouvelles pistes de réflexion. Tu fais appel à lui pour une expertise et un renfort, alors c’est primordial de savoir dire non mais aussi d’écouter les feedbacks constructifs : c’est comme ca que tu vas décoller et faire de la croissance. 

    petit garçon freelancer qui travaille

    4 – Comprendre la méthode de travail du freelancer

    Nota bene : un freelancer a sa propre organisation et méthodologie. En quête de liberté et flexibilité professionnelle il va s’organiser au mieux pour respecter les deadlines mais il ne faut pas paniquer si tu reçois un mail de lui à 4h du matin et non 10h. 

    Beaucoup travail sous la méthodologie Agile pour te tenir au courant des avancés du projet. A vous d’estimer ensemble comment vous souhaitez travailler sans lui imposer un rythme qui n’est pas le sien : ça ne matchera pas ! 

    5 – S’accorder sur un devis et s’y tenir 

    Le devis constitue par écrit votre accord et champ d’action. Il vaut mieux qu’il soit bien fourni reprenant point par point le plan d’action du freelancer pour réaliser ton projet / mission. Une fois qu’il est validé il ne faudra pas revenir en arrière ! Si à la fin du travail effectué et le livrable fourni tu as d’autres missions à lui confier à ce moment la vous ferez ensemble un nouveau devis ! En bref : il ne faut pas tirer sur la corde. Tu travailles de manière ponctuelle avec lui et les missions n’évoluent pas. 

    6 – Faire confiance et être flexible 

    2 ingrédients d’un cocktail parfait d’une collaboration entreprise / freelancer : 

    • Confiance = se fier à l’expertise d’autrui et croire en lui 
    • Flexibilité = se comporter de manière agile pour atteindre un intérêt commun

    personne squattant devant son ordinateur

    7 – Bien communiquer et avoir de la visibilité

    Pas question de rester sans nouvelles pendant 1 mois pour un beau jour avoir le livrable final dans ta boite mail ! 

    Ne pas avoir de visibilité et ne pas communiquer créera automatiquement de la frustration. Un autre ingrédient : la réactivité. Il y a beaucoup d’outils avec lesquels vous pouvez travaillez et voir en un clic les évolutions du projet (Trello, Monday, Slack, Drive…) ce qui te permettra d’être rassuré. A toi de définir avec le freelancer comment tu souhaites avoir de la visibilité sur les avancés ! 

    8 – Remercier et récompenser le freelancer

    Lorsque votre collaboration est terminée, et que tout le monde est content n’oublie pas de remercier le freelancer. Le réseau c’est précieux ! 

    Benef : passer par une plateforme en ligne spécialisée ! 

    Ca te permettra d’avoir accès à une communauté de freelance qualifiée et réactive et surtout te débarrasser de toutes la partie administrative et de paiement grâce à notre compte séquestre. 

    Une plateforme en ligne spécialisée comme la nôtre, te permet aussi d’avoir un contact privilégié et neutre avec un Account Manager pour bien définir en amont ton besoin et te guider au mieux dans tout ton projet. 

    Alors, qu’attends-tu pour te lancer ? 

    Si d’ailleurs cette nouvelle méthode de travail ne t’apparait pas comme une évidence, je te conseille de lire notre article : pourquoi travailler avec un freelancer ?

    femme freelance travaillant sur son canapé

    Devenir freelance c’est un peu comme faire le grand saut les yeux bandés : tu en as vraiment envie mais tu trembles avant de te lancer.

    Pourquoi ? Parce que tu as des multitudes de questions qui se posent avant de franchir le cap : tu es en quête de sens et de liberté, tu as décidé d’enfin trouver un équilibre pro/perso mais tu ne sais pas comment faire entre la paperasse administrative, se lancer en full time ou part time jobs, trouver les premiers clients, fixer tes tarifs, gagner en crédibilité et avoir de la visibilité, gérer les finances et la comptabilité de ton statut self-employed, relancer les factures impayées… ca y est on est déjà perdu !

    On a la solution pour toi : quoi de mieux que d’être accompagné tout au long de ton aventure par une plateforme freelance online, experte et qui comprend chacune de tes interrogations et tes enjeux ?

    1 – Etre accompagné et conseillé

    Il est toujours difficile de savoir à qui se confier, de trouver l’information juste, d’être compris et de ne pas se sentir seul en tant qu’individu et professionnel, et c’est encore plus vrai en freelance. La jungle des réseaux sociaux et du monde du business porte bien son nom : on peut vite se sentir comme une fourmis et il est difficile de se démarquer. Rejoindre une plateforme online de freelance va permettre d’accéder à du contenu ciblé accessible en quelques clics, de s’entourer d’expert, et de poser ses questions à des personnes qui sont la pour vous !

    2 – Rejoindre une communauté (adieu la solitude)

    En plus d’être accompagné à travers la plateforme freelance, MeetYourJob et Careerhub va vous permettre d’intégrer la première communauté de freelance à l’Ile Maurice pour vous partager des tips, favoriser les rencontres entre freelances, partager du contenu adapté à votre coeur d’activité, de vous épauler dans vos déclarations, et d’échanger en toute liberté avec d’autres millenials qui ont les mêmes enjeux et aspirations que vous.

    Faire partie de notre communauté va vous permettre de gagner confiance en vous, en votre expertise et de décoller avec l’appui quotidien de notre Community Builder !

    femmes-ensemble-souriantes-freelance

    3 – Te concentrer uniquement sur ton expertise

    Grâce à notre plateforme, tu vas pouvoir te concentrer uniquement sur TON expertise ! Quel bonheur !!! Fini la galère de s’improviser business developer pour trouver des clients, comptable pour gérer ses relances, médiateur pour régler des litiges clients… on s’occupe de tout ! Formidable non ?

    4 – Apporteur de business

    Se vendre : Certains adorent, d’autres en font des cauchemars. Et puis c’est surtout qu’à la longue c’est dur de devoir se justifier au quotidien. En tant que freelance il est important de saisir les opportunités. Il n’y a pas toujours de suite logique dans les projets / missions réalisées car le coeur du sujet est l’expertise ponctuelle qu’on apporte au client et non une continuité.

    On a tous un réseau, qu’on essaye d’entretenir au quotidien, mais après avoir contacter les professionnels, les amis et les grands parents pour décrocher une mission : comment on fait ?

    Un des objectifs de la plateforme est de faciliter le funnel d’acquisition de client et de projet, ainsi que la réalisation, la transmission et la validation des projets. Quotidiennement plusieurs projets et missions seront proposées : oui, vous avez bien compris, il s’agit de pouvoir trouver facilement, anticiper et décrocher de nouvelles missions !

    5 – Bénéficier d’une double expertise (la tienne et AM)

    Une fois que le coup de foudre a eu lieu entre toi et le besoin de l’entreprise, le plus dur reste à venir : définir ton prix et ton devis. Au début les freelances vont avoir tendance à se dévaloriser pour obtenir ses premières missions, mais il ne faut pas ! La plateforme à travers un Account Manager expert, pourra t’accompagner pour établir tes devis, ton prix et ne rien oublier pour que tout soit bien détaillé !

    En parallèle, la plateforme conseillera aussi le client sur la valeur monétaire de son besoin et la fourchette de prix généralement pratiqué pour que chacun trouve du sens et de l’équilibre.

    6 – Sécurité financière pour un freelance

    En tant que véritable tiers de confiance, une des forces de notre plateforme est de séquestrer l’intégralité de la somme de ton devis sur notre compte séquestre en amont du début du projet. Véritable plus value tu es certifié d’obtenir sous 10 jours ouvrés ton argent lorsque le projet est finalisé et validé des deux côtés !

    Également en cas de litige, nous serons médiateurs pour ne pas te laisser seul et voir ce qui a été réalisé ou non.

    7 – Gagner du temps

    Tu l’auras compris, on t’accompagne de A à Z dans les bons comme dans les mauvais moments ! Ca va te faire gagner un temps fou et surtout te concentrer sur ton coeur de métier !

    Quand tu décideras d’ouvrir ton laptop depuis chez toi, chez le client, ou lors de ton voyage en Asie ton premier réflexe sera de te connecter à notre plateforme et les outils que nous mettons à ta disposition (oui tu ne rêves pas) et tout sera centralisé ! Facile non ?

    sablier-représentatif du temps perdu freelance

    8 – Développer ton réseau de freelance

    Faire partie de notre communauté et travailler avec notre plateforme te permettra de développer ton réseau et de gagner en visibilité. En plus de tous les projets et missions proposées quotidiennement, ca va te permettre de rencontrer des freelances et digital nomad comme toi, de travailler dans plusieurs secteurs d’activité et de collaborer avec d’autres professionnels qui ont besoin de renfort que tu n’aurais jamais croisé sinon ! Incroyable !

    9 – Être libre mais pas seul en freelance

    Travailler seul c’est bien, mais rassembler les expertises de chacun pour répondre à un besoin client c’est mieux ! On t’aidera à constituer ta team de rêve !

    Stop la solitude : l’humain est au coeur de notre plateforme, hâte de te voir à notre premier meetup !

    10 – Partager et découvrir

    Les millenials recherchent constamment à découvrir, apprendre, partager et créer des relations saines avec autrui dans l’objectif de grandir en phase avec ses aspirations ! A travers notre communauté et notre plateforme, tu pourras échanger avec des personnes de tout horizon mais qui ont des aspirations communes aux tiennes. Partage, découverte et soutien seront les maîtres mots !

    Alors, qu’attends tu pour rejoindre la première communauté de freelance à l’Île Maurice ?

    La neurodiversité ça vous parle ? On ne va pas vous mentir, il y a peu nous ne savions pas exactement ce que c’était non plus. La définition de neurodiversité est la suivante : « La neurodiversité est la diversité des cerveaux et des esprits humains. C’est la variation infinie du fonctionnement neuro cognitif au sein de notre espèce. », pas très clair tout ça… Donc en des termes plus simples, la neurodiversité c’est les différences neurologiques au sein de l’être humain qui sont sommes toutes tout à fait normales et nécessaires pour préserver la diversité de l’espèce humaine.

     

    Mais alors pourquoi l’aborder dans le contexte de l’entreprise ? D’après le CRHA : «  La neurodiversité est un terme générique regroupant notamment l’autisme, le TDAH, la douance, la dyslexie, la dyscalculie, le syndrome de Gilles de la Tourette, mais également la neurotypicalité (autrement dit, les individus n’ayant pas de condition neurologique les distinguant de la norme). C’est l’idée que, comme dans tout autre environnement stable, les êtres humains sont différents et complémentaires, en l’occurrence par le biais de leurs cerveaux. Par conséquent, afin de préserver l’équilibre, la seule présence de la norme n’est pas souhaitable, ce qui signifie qu’il est préférable de créer un environnement où chacun peut vivre sa différence et en faire bénéficier autrui. »

    1 – Quid de la neurodiversité en entreprise ?

    Les neurotypiques consistent en l’essentiel de la force de travail aujourd’hui. Cependant, ne pas avoir de mesure adaptives à d’autres types neurologiques empêchent des personnes très compétentes d’accéder au monde de l’entreprise et, par conséquent, d’y apporter leurs savoirs.

    En effet, de nombreuses études démontrent que les personnes neuroatypiques démontrent des capacités supérieures à la moyenne dans certains domaines. Par exemple, les personnes atteintes de dyslexie sont bien meilleures que le reste pour discerner et comprendre des cheminement de pensée complexes et arrivent à regarder un problème sous plus d’angles. Ce n’est qu’une qualité parmi tant d’autres qui peuvent être inestimables pour une entreprise.

    Cependant, intégrer des personnes neuroatypiques demande un reformatage de la culture d’entreprise ainsi qu’une réévaluation des pratiques de recrutement.

    2 – Adapter sa culture d’entreprise

    Il n’est pas nécessaire de penser à un réaménagement complet de l’espace de travail, les entreprises peuvent tout à fait adapter leur fonctionnement sans forcément dépenser des fortunes.

    Pour le plus souvent il s’agit d’être plus flexible, que ce soit au niveau des horaires de travail ou de son lieu. Plus encore, certaines personnes ne vont pas supporter les stimulations auditives et vont avoir besoin d’un espace plus serein et calme dans lequel travailler ou être constamment avec des écouteurs pour pallier le silence.

    Egalement, il est utile de former ses managers pour gérer ces personnes avec le plus d’empathie possible. Faire des conférences de sensibilisation avec les équipes peuvent leurs permettre de savoir comment mieux intégrer leurs nouveaux collègues neuro-atypiques. Il s’agit de ne pas stigmatiser, mais pour cela il faut comprendre au préalable. De nombreuses associations existent et seraient ravies de pouvoir intervenir au seins des entreprises pour sensibiliser les collaborateurs aux besoins et comportements de leurs collègues neuroatypique. Plus encore travailler avec ces individus demande aussi de savoir lâcher prise, de leur laisser leur espace de liberté en toutes circonstances.

    3 – Adapter les ressources humaines et techniques de recrutement

    Les neuroatypiques sont des êtres humains comme les autres et brandir leur différence mentale haut et fort n’est pas une bonne solution. Respecter leur volonté de ne pas dévoiler leur diagnostique neurologique et adapter l’espace et les collaborateurs autour de ça sera le prochain rôle des ressources humaines.

     

    Également, les neuroatypiques sont beaucoup plus soumis à l’anxiété il faut donc réussir à les emmener vers d’autres bords avec beaucoup de douceur. Par exemple, lorsqu’un changement est apporté au lieu de travail ou à l’entreprise en général il est nécessaire d’informer de façon très exhaustive afin de ne pas éveiller l’anxiété. Par ailleurs, penser à tout expliquer est important, la cohérence logique doit être de mise pour être comprise. Chaque action ou décision doit avoir un sens. Cette habitude est aussi bénéfique pour les neurotypiques que neuroatypiques.

    Plus encore au niveau du recrutement, il va falloir accepter de le faire de façon non-traditionnelle. Il est certain qu’aujourd’hui, les documents pour postuler peuvent varier (CV, vidéo, etc.), mais pour autant l’entretien retient un format traditionnel. Et cela peut être un réel point bloquant pour des personnes neuroatypiques. Donc, si vous remarquez qu’un de vos talents est neuroatypiques, essayez au maximum de vous adapter à lui et de le rendre fier de sa différence . même si vous ne retenez pas son profil, au moins vous ne serez pas dans sa longue liste d’entretiens ratés et source de démotivation.