,

[INTERVIEW] Mathilde : son stage à l’étranger

Mathilde - son stage à l’étranger 2

Mathilde vous raconte son expérience chez MeetYourJob à l’Île Maurice. Un stage à l’étranger unique dans un environnement dynamique et paradisiaque. 

 

1/Mathilde, peux-tu te présenter ?

J’ai 23 ans, je viens de terminer mes études, avec un Master Marketing et Transformation Digitale obtenu à Novancia Business School Paris. Avant ça, j’ai réalisé une troisième année en Bachelor Commerce et Entrepreneuriat dans cette école, suite à un BTS Communication. J’ai un profil orienté communication, marketing et digital.

Mon parcours professionnel : j’ai effectué 4 années en alternance dans ces domaines et dans différentes entreprises. J’ai eu l’occasion et la chance de travailler au sein de grands groupes comme de petites structures. Ce qui m’a permis d’assimiler la rigueur et les bonnes pratiques des grands groupes et de les associer à la flexibilité et à l’agilité des entreprises de plus petite. J’ai accumulé de l’expérience et des compétences qui m’ont permis d’être responsabilisée sur mes derniers postes, notamment dans mon tout dernier stage chez MeetYourJob à l’Ile Maurice.

 

2/ Pourquoi vouloir faire un stage à l’étranger ?

Dans le cadre de mon Master, un stage à l’étranger de 4 mois était obligatoire. Ce type de stage représente quelques « sacrifices » ; dans mon cas, ça voulait notamment dire vivre loin de mon copain et de mon chat (oui oui !), et devoir être soutenue financièrement par mes parents puisque je n’allais plus avoir les mêmes revenus que j’avais en tant qu’apprentie. Si ça n’avait pas été obligatoire, ces obstacles m’auraient probablement retenue et je ne serais pas partie à l’étranger. Avec mon expérience, je ne le regrette pas du tout. Je suis heureuse d’avoir eu l’occasion de sortir de mon confort et de découvrir tant de choses ! Faire son stage à l’étranger et voyager, c’est une opportunité à ne pas manquer et je pense que tout le monde devrait pouvoir en faire l’expérience au moins une fois dans ses études (mais pas que bien sûr !).

 

3/ Beaucoup de tes amis, camarades, sont eux aussi partis à l’étranger ?

Tous les étudiants de mon école bien sûr, puisque c’est obligatoire. Mais en dehors de mon école, j’observe de plus en plus de jeunes partir à l’international. Certains partent pour étudier, d’autres pour réaliser des stages, pour faire des road trips, des missions humanitaires ou encore pour travailler tout simplement ! Je crois que c’est devenu quasiment indispensable dans la plupart des formations, ce que je trouve super. Mais j’ai l’impression que le goût du voyage et de la découverte d’autres cultures prennent de plus en plus d’ampleur aussi, sur un plan personnel.

 

4/ Comment as-tu démarré tes recherches pour ce stage ?

Je n’avais pas de destination de prédilection, de pays ou de lieu où je voulais absolument partir. J’étais ouverte à tout, avec une préférence pour les pays anglophones car je voulais acquérir une autonomie parfaite en anglais. J’avoue, avec la grisaille parisienne, j’ai un peu délaissé le Royaume-Uni car j’avais aussi besoin de soleil ! Comme il fallait bien commencer quelque part, j’ai démarré mes recherches de stage à l’étranger avec les Etats-Unis. C’est presque banal et cliché, mais une part de moi avait bien envie de tester l’American Dream pour quelques mois ! J’ai eu quelques opportunités, mais les démarches étaient assez compliquées entre la durée de mon stage qui n’était pas idéale, l’obtention du Visa J-1…

J’ai fini par étendre mes recherches à d’autres destinations, et je publiais mon CV sur des groupes Facebook dédiés à la recherche de stage à l’étranger. C’est là que j’ai découvert MeetYourJob, qui publiait des offres dessus !

 

5/ Pourquoi MeetYourJob vs d’autres prestataires ?

Ça s’est fait assez naturellement. Plusieurs offres de stage publiées sur MeetYourJob m’intéressaient, j’ai donc postulé pour 4 offres différentes, dont une pour MYJ justement. Je n’ai pas rencontré d’autres prestataires de ce genre sur l’île Maurice. Il est vrai que je n’aurais pas postulé auprès d’un organisme payant qui promet de nous trouver un stage à condition de débourser une somme assez élevée, par exemple.

Mais il est vrai que j’ai été très enthousiaste en postulant chez MY. Les offres de stages étaient très motivantes et j’avais pu observer sur les réseaux sociaux de MYJ et sur leur FAQ comment se déroule l’expérience des stagiaires à Maurice. Ça m’a beaucoup rassurée et je me suis dit que c’était vraiment idéal. Notamment au niveau du logement grâce aux appartements proposés dans les résidences. Ça voulait dire être toujours entourée d’autres stagiaires et donc vivre un super expérience. Sans se prendre la tête avec une recherche de logement impossible !

 

6/ Tes premières impressions en arrivant à l’Île Maurice ?

Quand je voyage, j’aime bien me laisser porter et ne pas trop préparer les choses (est-ce qu’on peut appeler ça de la flemme ?). Même pour ce stage à l’étranger de tout de même 4 mois, je m’étais à peu près renseignée sur la météo mais sans plus. En arrivant, je ne savais même pas quelle langue j’allais parler. Je m’attendais à parler anglais tout le temps, mais en fait tous les mauriciens parlent français !

C’était assez rassurant, même si cela voulait dire que je n’allais pas trop améliorer mon anglais. Le fait de vivre en communauté avec d’autres stagiaires, quasiment tous français, a renforcé ce « non-dépaysement ». Heureusement, on faisait des excursions tous les week-ends qui nous permettaient de rencontrer des mauriciens, de mieux connaître leur culture et la beauté du pays. Pour un français, l’île Maurice c’est parfait car il y a le dépaysement culturel et paysagé, sans la barrière de la langue !

 

7/ Ton stage à l’étranger chez MeetYourJob : quelles ont été tes missions ? As-tu senti une différence avec tes stages en France ?

Chez MeetYourJob, j’ai pris en charge toutes les missions de communication et marketing, qui sont principalement digitales. J’ai géré le site web, son blog avec le choix du calendrier éditorial et la rédaction des articles, les réseaux sociaux et les newsletters principalement.

J’ai aussi eu l’opportunité d’agir sur la réflexion stratégique autour de MeetYourJob et des autres activités de l’entreprise. C’est quasiment la première fois qu’on me donnait autant de liberté et de confiance, ce qui m’a permis de ne jamais avoir peur de tester et de proposer mes idées. J’avais une totale autonomie. En théorie c’était un stage, mais je l’ai vécu différemment. J’étais une vraie professionnelle avec son vrai poste à responsabilités et dont on attend des propositions ! C’est la grande différence avec mes autres expériences françaises, mais je pense que ça tenait surtout à la culture de MeetYourJob qui est une start-up jeune et qui accorde vraiment beaucoup de confiance. Bien sûr, mes expériences précédentes m’avaient bien formée pour enfin atteindre ce niveau d’autonomie.

Mathilde - son stage à l’étranger 3

 

8/ Que retiens-tu de ton expérience à l’Ile Maurice ?

Que le monde est génial ! Ça m’a vraiment donné envie de voyager. C’est quelque chose qui booste et qui inspire. Au niveau professionnel, ça m’a confirmé que je souhaite davantage travailler au sein de petites structures. Comme dans une dynamique start-up où on essaie de toujours se remettre en question et où on veut faire la différence. Cette expérience m’a aussi dévoilé que je pouvais voyager seule et faire énormément de choses.

 

9/ Recommanderais-tu de partir vivre une expérience professionnelle à l’étranger ?

Oui à 100% ! On ne peut qu’en sortir grandi. Il y a tellement de pays et de cultures à découvrir, chacun peut s’y retrouver et se créer une expérience incroyable en fonction de ce qu’il souhaite vivre. Professionnellement, c’est important et très intéressant pour sortir des pratiques que l’on connaît déjà en France et s’inspirer d’autres méthodes et cultures de travail. À chacun de choisir, ça peut être au sein d’une start-up comme d’un gros groupe international !

 

10/ Et maintenant, quels sont tes projets ?

Je suis revenue de Maurice il y a 1 mois. Je souhaite me donner du temps pour souffler après ces années d’alternance au rythme éprouvant, où j’ai énormément donné. J’ai un peu peur que mon entourage me mette la pression pour trouver « un vrai travail ». C’est-à-dire le fameux CDI à temps plein dans une bonne boîte.

Pour le moment, j’ai décidé de m’inscrire en tant que demandeur d’emploi et, dans le même temps, d’enfin obtenir le statut d’auto-entrepreneur. L’idée, c’est de démarrer mon activité en freelance dans le conseil en communication et marketing. Avec pour premier client MeetYourJob 😉.  Tout ça en me laissant du temps libre pour d’autres choses : passer le permis, continuer à me former, apprendre à coder, découvrir de nouvelles disciplines… J’aime l’idée de pouvoir moduler mes activités. Par la suite, je ne suis pas réticente à un job salarié ou à autre chose en fonction des opportunités. Comme pour le voyage, je suis très « wait and see » 😉

 

Merci à Mathilde de nous avoir donné son retour sur son expérience avec MeetYourJob ! Si vous êtes en recherche de stage à l’étranger, faites comme Mathilde, ne lâchez rien ! On vous donne d’ailleurs quelques conseils par ici : 8 règles simples pour réussir son stage.

,

Comment décortiquer un entretien : savoir faire face à un entretien de personnalité

Votre entretien enfin obtenu, vous êtes ravi ! Plus qu’une étape et vous décrocherez le sésame. Mais bien souvent, vous ne savez pas comment vous y préparer, et il est rare que deux personnes comparant leurs entretiens y trouvent des similitudes. En y regardant de plus près, on peut tout de même y trouver des impondérables pour un entretien réussi :

Soyez sincère : vous ne pouvez être exhaustif, choisissez donc bien vos exemples.

Utilisez des formules positives : pour construire vos phrases, privilégiez des tournures telles que « J’ai pu » plutôt que « Je n’ai pas pu ».

Soyez concret : fuyez le conceptuel et l’abstrait. C’est dans vos expériences passées que sera déterminé si vous possédez les compétences recherchées par votre futur employeur. Soyez prolifique dans la mise en avant d’exemples concrets de vos expériences !

Cette forme vous permettra d’affronter les entretiens dits classiques, avec des questions comme le redoutable « Parlez-moi de vous », face à des recruteurs novices ou expérimentés. La sincérité, la positivité et l’action vous permettront de convaincre et d’avoir un bon capital sympathie.

Cependant, lors d’entretiens dits comportementaux, ce sont vos aptitudes personnelles qui seront testées, évaluées et jugées sous toutes leurs formes. Mais qu’est-ce qu’un entretien de personnalité, me direz-vous ? Il s’agit là d’aborder le fond. Dans un entretien de personnalité pourront être évaluées différentes habiletés :

1. Votre résistance au stress

Parlez-moi d’un événement difficile à vivre pour vous ces derniers temps ?

2. Votre tolérance à la pression

Parlez-moi d’un échec ?

3. Votre ténacité

Citez-moi un projet où vous avez travaillé plus que d’ordinaire ?

4. Votre mobilité géographique

Avez-vous voyagé professionnellement ? Personnellement ?

5. Votre créativité

Citez-moi le dernier projet où vous pensez avoir été inventif ?

6. Votre esprit d’équipe

Quel a été votre dernier travail en groupe ?

7. Votre leadership

Avez vous déjà dirigé une équipe ?

8. Votre capacité à résoudre des problèmes

Parlez-moi d’une situation où vous avez anticipé un problème ? Comment l’avez-vous géré ?

9. Votre adaptabilité

Citez-moi une situation où vous avez adopté une approche différente face à une situation ?

 

D’autres aptitudes peuvent être testées suivant les compétences sollicitées par le poste. Notez que dans la question n’apparaît pas le nom de la compétence évaluée ! Soyez donc attentif, il s’agit de bien comprendre la question pour savoir ce qu’il est attendu de vous. Je ne saurais que trop vous recommander de bien choisir vos exemples, d’être concret et vrai : rappelez-vous les règles d’or de l’entretien réussi ! Donnez donc des exemples de votre vie professionnelle, personnelle ou associative si vous êtes encore étudiant.

Vous serez désormais plus alerte face à ces questions pour vos futurs entretiens ! Dernier conseil que j’aimerais partager avec vous pour les mener à bien : attention à la sur-valorisation. Je rencontre souvent des candidats qui disent ne jamais avoir connu d’échec, ou lui préfèrent les termes « challenge » ou « défi ». N’oubliez pas que l’échec construit (Charles Pépin, 2016), et que c’est parce qu’il y a des entretiens ratés qu’il y en a des réussis. Comme dirait Samuel Beckett, « Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaye encore. Échoue encore. Échoue mieux. ». Car « Le succès, c’est aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » (Winston Churchill ?).

Après cette intéressante lecture, à vos CV ! Il est temps de trouver des exemples concrets et pertinents à mettre en avant pour votre prochain entretien 😉 Bonne chance à vous !

Par YHR, Master Psychologie Sociale et RH, Consultante en recrutement chez MeetYourJob

A lire également :

Les 7 règles du CV du jeune diplomé

« Passeport » pour un jeune diplômé, le CV est le premier élément de votre recherche d’emploi. Expériences, formation, mots-clés… Voici quelques astuces pour rédiger votre CV.

1. Arborez la cohérence de vos stages

Faute d’expérience professionnelle, ce sont vos stages qui représentent votre porte d’entrée dans le monde du travail. Votre CV doit absolument montrer qu’ils s’enchaînent de manière cohérente… Essayez de trouver une ligne conductrice dans votre parcours. L’employeur doit comprendre que vous avez cherché à acquérir telle compétence dans telle entreprise.

2. Mettez votre diplôme en avant

Pour un profil junior, le diplôme est la première chose que les employeurs regardent. Veillez donc à bien le mettre en valeur. Faites attention à bien reprendre l’intitulé exact de votre diplôme et non l’acronyme. Il peut être intéressant de préciser une partie du programme de vos cours, afin de mettre en valeur des connaissances utiles pour un poste.

3. Illustrez vos expériences professionnelles

Donnez des détails ! Etayez vos expériences professionnelles par des faits ou des chiffres qui permettent au recruteur d’identifier les responsabilités que vous avez endossées. Par exemple, un commercial peut donner le chiffre d’affaires qu’il a réalisé au cours de ses stages, le nombre de nouveaux prospects démarchés.

4. Adaptez le bon vocabulaire

De nombreux recruteurs effectuent des recherches dans des banques de CV en les filtrant avec certains intitulés de compétences. Si vous mentionnez les bons termes dans le vôtre, il fera tilt dans l’esprit de l’employeur. Consultez les offres d’emploi pour analyser le vocabulaire qui revient le plus souvent dans votre secteur d’activité.

5. Mise en page : stoppez l’austérité… attention à l’originalité

Avec les outils disponibles, c’est presque impardonnable de faire un CV triste. Soignez l’apparence de votre CV. Cependant cela ne doit pas desservir le fond mais guider la lecture du recruteur. Un CV trop original peut s’avérer contre-productif.

6. N’inventez rien sur votre CV!

Vous devez être capable d’expliquer tout ce qui est mentionné sur votre CV et l’étayer par des faits. Pas question, donc, de vous surestimer en mentionnant des connaissances approximatives et lointaines. D’autant plus que si vous êtes interrogés sur ce sujet en entretien sans pouvoir vous justifier, le recruteur pourrait y voir un comportement malhonnête.

7. Attention aux évidences et imprécisions

Un CV doit être lisible par tous. Les recruteurs ne sont souvent pas des spécialistes de tous les domaines d’activité. Attention à ne pas utiliser trop de termes techniques propres à votre métier. De plus, n’oubliez pas de mentionner le secteur d’une PME méconnue dans laquelle vous avez fait un stage. Enfin, préférez la gradation entre «débutant» et «confirmé» pour votre niveau de langues, plutôt que la formule «lu, parlé, écrit».