,

Comment décortiquer un entretien : savoir faire face à un entretien de personnalité

Par YHR, Master Psychologie Sociale et RH, Consultante en recrutement chez MeetYourJob

Votre entretien enfin obtenu, vous êtes ravi ! Plus qu’une étape et vous décrocherez le sésame. Mais bien souvent, vous ne savez pas comment vous y préparer, et il est rare que deux personnes comparant leurs entretiens y trouvent des similitudes. En y regardant de plus près, on peut tout de même y trouver des impondérables pour un entretien réussi :

Soyez sincère : vous ne pouvez être exhaustif, choisissez donc bien vos exemples.

Utilisez des formules positives : pour construire vos phrases, privilégiez des tournures telles que « J’ai pu » plutôt que « Je n’ai pas pu ».

Soyez concret : fuyez le conceptuel et l’abstrait. C’est dans vos expériences passées que sera déterminé si vous possédez les compétences recherchées par votre futur employeur. Soyez prolifique dans la mise en avant d’exemples concrets de vos expériences !

Cette forme vous permettra d’affronter les entretiens dits classiques, avec des questions comme le redoutable « Parlez-moi de vous », face à des recruteurs novices ou expérimentés. La sincérité, la positivité et l’action vous permettront de convaincre et d’avoir un bon capital sympathie.

Cependant, lors d’entretiens dits comportementaux, ce sont vos aptitudes personnelles qui seront testées, évaluées et jugées sous toutes leurs formes. Mais qu’est-ce qu’un entretien de personnalité, me direz-vous ? Il s’agit là d’aborder le fond. Dans un entretien de personnalité pourront être évaluées différentes habiletés :

1. Votre résistance au stress

Parlez-moi d’un événement difficile à vivre pour vous ces derniers temps ?

2. Votre tolérance à la pression

Parlez-moi d’un échec ?

3. Votre ténacité

Citez-moi un projet où vous avez travaillé plus que d’ordinaire ?

4. Votre mobilité géographique

Avez-vous voyagé professionnellement ? Personnellement ?

5. Votre créativité

Citez-moi le dernier projet où vous pensez avoir été inventif ?

6. Votre esprit d’équipe

Quel a été votre dernier travail en groupe ?

7. Votre leadership

Avez vous déjà dirigé une équipe ?

8. Votre capacité à résoudre des problèmes

Parlez-moi d’une situation où vous avez anticipé un problème ? Comment l’avez-vous géré ?

9. Votre adaptabilité

Citez-moi une situation où vous avez adopté une approche différente face à une situation ?

 

D’autres aptitudes peuvent être testées suivant les compétences sollicitées par le poste. Notez que dans la question n’apparaît pas le nom de la compétence évaluée ! Soyez donc attentif, il s’agit de bien comprendre la question pour savoir ce qu’il est attendu de vous. Je ne saurais que trop vous recommander de bien choisir vos exemples, d’être concret et vrai : rappelez-vous les règles d’or de l’entretien réussi ! Donnez donc des exemples de votre vie professionnelle, personnelle ou associative si vous êtes encore étudiant.

Vous serez désormais plus alerte face à ces questions pour vos futurs entretiens ! Dernier conseil que j’aimerais partager avec vous pour les mener à bien : attention à la sur-valorisation. Je rencontre souvent des candidats qui disent ne jamais avoir connu d’échec, ou lui préfèrent les termes « challenge » ou « défi ». N’oubliez pas que l’échec construit (Charles Pépin, 2016), et que c’est parce qu’il y a des entretiens ratés qu’il y en a des réussis. Comme dirait Samuel Beckett, « Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaye encore. Échoue encore. Échoue mieux. ». Car « Le succès, c’est aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » (Winston Churchill ?).

Après cette intéressante lecture, à vos CV ! Il est temps de trouver des exemples concrets et pertinents à mettre en avant pour votre prochain entretien 😉 Bonne chance à vous !

 

A lire également :

Les 7 règles du CV du jeune diplomé

« Passeport » pour un jeune diplômé, le CV est le premier élément de votre recherche d’emploi. Expériences, formation, mots-clés… Voici quelques astuces pour rédiger votre CV.

1. Arborez la cohérence de vos stages

Faute d’expérience professionnelle, ce sont vos stages qui représentent votre porte d’entrée dans le monde du travail. Votre CV doit absolument montrer qu’ils s’enchaînent de manière cohérente… Essayez de trouver une ligne conductrice dans votre parcours. L’employeur doit comprendre que vous avez cherché à acquérir telle compétence dans telle entreprise.

2. Mettez votre diplôme en avant

Pour un profil junior, le diplôme est la première chose que les employeurs regardent. Veillez donc à bien le mettre en valeur. Faites attention à bien reprendre l’intitulé exact de votre diplôme et non l’acronyme. Il peut être intéressant de préciser une partie du programme de vos cours, afin de mettre en valeur des connaissances utiles pour un poste.

3. Illustrez vos expériences professionnelles

Donnez des détails ! Etayez vos expériences professionnelles par des faits ou des chiffres qui permettent au recruteur d’identifier les responsabilités que vous avez endossées. Par exemple, un commercial peut donner le chiffre d’affaires qu’il a réalisé au cours de ses stages, le nombre de nouveaux prospects démarchés.

4. Adaptez le bon vocabulaire

De nombreux recruteurs effectuent des recherches dans des banques de CV en les filtrant avec certains intitulés de compétences. Si vous mentionnez les bons termes dans le vôtre, il fera tilt dans l’esprit de l’employeur. Consultez les offres d’emploi pour analyser le vocabulaire qui revient le plus souvent dans votre secteur d’activité.

5. Mise en page : stoppez l’austérité… attention à l’originalité

Avec les outils disponibles, c’est presque impardonnable de faire un CV triste. Soignez l’apparence de votre CV. Cependant cela ne doit pas desservir le fond mais guider la lecture du recruteur. Un CV trop original peut s’avérer contre-productif.

6. N’inventez rien sur votre CV!

Vous devez être capable d’expliquer tout ce qui est mentionné sur votre CV et l’étayer par des faits. Pas question, donc, de vous surestimer en mentionnant des connaissances approximatives et lointaines. D’autant plus que si vous êtes interrogés sur ce sujet en entretien sans pouvoir vous justifier, le recruteur pourrait y voir un comportement malhonnête.

7. Attention aux évidences et imprécisions

Un CV doit être lisible par tous. Les recruteurs ne sont souvent pas des spécialistes de tous les domaines d’activité. Attention à ne pas utiliser trop de termes techniques propres à votre métier. De plus, n’oubliez pas de mentionner le secteur d’une PME méconnue dans laquelle vous avez fait un stage. Enfin, préférez la gradation entre «débutant» et «confirmé» pour votre niveau de langues, plutôt que la formule «lu, parlé, écrit».